Alimentation Anti-age et Sante


Alimentation Anti-âge & Santé

Les risques de l’alimentation moderne :

Voici en guise d’introduction les propos d’ Anthony Fardet, chercheur au département de nutrition humaine, Inra et université d’Auvergne, à Clermont-Ferrand:

« Quand on demande aux consommateurs à quoi ils attribuent le « potentiel santé » des produits laitiers, des agrumes, de la viande ou des produits céréaliers, ils répondent en majorité et respectivement le calcium, la vitamine C, les protéines et les fibres. Ces réponses, si elles sont partiellement vraies, sont aussi partiellement fausses. En effet, elles réduisent le « potentiel santé » des aliments à un seul nutriment. Or les aliments sont des matrices complexes constituées de centaines de nutriments. C’est l’action synergique de ces nutriments et la structure de la matrice alimentaire dans laquelle ils sont inclus qui déterminent leurs effets protecteurs. Ainsi, le lait est un aliment extrêmement complexe, contenant des protéines et lipides très divers, des sucres, des minéraux, des oligoéléments et des vitamines également très variées. Le « potentiel santé » du lait ne peut donc être réduit au seul calcium. Les réponses habituelles du grand public traduisent à quel point le paradigme de la pensée « réductionniste » a envahi notre vision des choses. »

Par définition, l’approche réductionniste considère la réalité comme trop complexe pour être étudiée en tant que telle. Elle fractionne donc cette réalité en éléments isolés pour mieux l’approcher. En d’autres termes, on considère que le tout est égal à la somme des parties, c’est-à-dire que 1 + 1 = 2. Dans la recherche associée à l’industrie agroalimentaire, cela a conduit à fractionner les aliments – simplement considérés comme une somme de nutriments –, puis à isoler des ingrédients pour les recombiner avec, bien souvent, addition de sel, de matières grasses et de sucre (afin notamment de leur redonner le goût qu’ils avaient perdu !).

« Cracking » extrême des aliments

Le fractionnement du grain de blé en farine raffinée blanche, en son (l’enveloppe du blé) et en germe, illustrent parfaitement les conséquences de ce réductionnisme technologique. Cela a conduit à mettre sur le marché des produits céréaliers très énergétiques et dépourvus de fibres et micronutriments protecteurs, comme le pain blanc ou les céréales du petit-déjeuner pour enfants issus d’une transformation technologique drastique puis enrichis en sucre, en matières grasses, en sel, et/ou parfois en minéraux et en vitamines. Ce cracking extrême des aliments se retrouve aussi dans le lait, les œufs ou la viande, menant à toujours plus d’aliments ultra-transformés.

Ensuite, on essaye de corriger le déséquilibre nutritionnel occasionné par ces aliments ultra-transformés et consommés en trop grande quantité avec des compléments alimentaires ou des aliments fonctionnels (par exemple, les margarines enrichies en phytostérols ou les laits enrichis en oméga-3, censés participer  à une meilleure santé cardiovasculaire). Ils représentent le stade ultime du réductionnisme nutritionnel. Or, l’évidence scientifique montre clairement que ces compléments n’améliorent pas la santé sur le long terme et qu’ils ne permettent pas de diminuer le risque de maladies chroniques : au contraire, le risque est parfois augmenté. Le réductionnisme a donc amené à considérer la nutrition préventive selon une perspective pharmacologique et les nutriments comme des médicaments qu’on pourrait isoler et administrer à forte dose.

De plus, dans le même temps que notre régime alimentaire a évolué, notre activité physique a diminué, et l’éducation nutritionnelle dans les cursus scolaires est restée insuffisante.

Un tiers des décès sont attribués directement ou indirectement à une mauvaise alimentation. »

Cosmétique : Retour au naturel et à une nourriture saineLégumes

Pour créer une stratégie Anti-Âge ou peau saine encore plus efficace, rien de tel que de combiner ses produits cosmétiques à une alimentation saine, riche en A.G.E  (Acide. Gras. Essentiels.) et en Antioxydant.

Même si le titre semble magique, ça n’en est pas. Pour accéder à une alimentation anti-âge, il va falloir éliminer tous les aliments et produits trafiqués. Qu’on parle de plats préparés, de substituts de sucres, de produits allégés ou encore les produits transformés ou dénaturés.
Objectif, ré équilibrer le corps et arrêter enfin les nuisances hormonales et biochimiques de la nourriture industrielle trafiquée, trop longtemps consommée.
La nourriture saine est constituée d’un aliment à un seul ingrédient comme la pomme, une carotte, un œuf etc. Cet ingrédient contient ensuite des milliers de nutriments nécessaires aux besoins du corps.
Lorsque le corps est nourri avec ce dont il a vraiment besoin, les envies de « malbouffe » d’avant disparaissent, tout comme les petits creux. Notre corps se sent satisfait et du coup nous aussi.
Très vite, on commence à constater lorsque le régime alimentaire change au profit d’une nourriture saine, un regain important de vitalité et d’énergie. La peau est plus jeune, le teint plus éclatant et l’humeur globale s’améliore. Le corps et ses défenses immunitaires sont renforcés, permettant d’être moins souvent malade voir même soulager des problèmes chroniques.
En fait notre corps se régénère enfin.

Passons maintenant au cœur du sujet. L’alimentation Anti-Âge.
On a vu qu’une nourriture saine, composée de produits naturels permet au corps une bien meilleure santé, mais comment agir sur les rides et les signes visibles du temps ?

Premièrement, assurer un apport suffisant en Acides Gras Essentiels.
Ces acides gras essentiels on la particularité d’être indispensable à la vie et non synthétisés par le corps, d’où leurs noms. Ainsi il est primordial de vérifier chaque jour l’apport de ces A.G.E dans son alimentation. Ils assurent le bon fonctionnement du cerveau et ses neurotransmetteurs, ils favorisent l’absorption des vitamines et surtout le renouvellement cellulaire et l’élasticité de la peau.

Dans quels aliments trouver des Acides Gras Essentiels :

  • Graisses mono-insaturées
  • Huile d’olive extra vierge
  • Amandes
  • Noix de Cajou
  • Pistaches
  • Noix de Pécan
  • Noix de Macadamia
  • Avocats
  • Olives (noires et vertes)

Ou trouver les Oméga-3 ?

  • Saumon
  • Truite
  • Sardines
  • Hareng
  • Morue
  • Maquereau
  • Animaux de pâturage: agneau, chèvre, boeuf, etc..
  • Leurs produits laitiers.
  • Oeufs et poulets fermiers.
  • Huile de Colza
  • Graines de chanvre, chia, lin.
  • Noix
  • Graisses saturées
  • Lard et graisse de bœuf élevé en pâturage
  • Beurre et fromage de vaches nourries avec de l’herbe
  • Huile de coco vierge

Deuxièmement, consommer des Antioxydants.
Les radicaux libres, sont la principale cause du vieillissement et de nombreuses maladies. Ces particules chimiques agressives, se forment dans l’organisme et attaques l’ADN. Prévenir les dommages des radicaux libres est très difficile. Le simple fait de respirer, manger, faire du sport peut causer des dommages aux radicaux libres. Les effets sur le temps de cette oxydation par les radicaux libres mènent à un vieillissement accéléré et à de nombreuses maladies chroniques voire à la mort des cellules. A la base créés lors de la digestion ou la respiration, certains facteurs du quotidien sont venus accentuer le phénomène. Ainsi, les radicaux libres sont également causés par l’excès de calories, le soleil, la pollution, le tabac ou encore les radiations de nos écrans.
C’est un déluge d’attaques de radicaux libres auquel le corps doit faire face chaque jour. Soyons gentils et aidons notre corps à se protéger de ces agresseurs.
Mais comment lutter contre les radicaux libres ?

Les Antioxydants

Parmi ce que la nature nous offre comme ingrédients, certains ont des propriétés anti-oxydantes remarquables. Ainsi, Les épices et les herbes contiennent parmi les plus puissants antioxydants de tous les aliments, supérieure même aux actions antioxydantes des fruits et légumes. Les Vitamines A, Vitamines C et Vitamines E ainsi que certains acides gras et minéraux, ont également une puissante action antioxydante.
Les antioxydants luttent contre les radicaux libres et donc par conséquence contre le processus de vieillissement. De plus, les antioxydants protègent la santé en général.
Ils aident notre corps à récupérer plus facilement et plus rapidement de l’effort. Les antioxydants contribuent également à accélérer notre métabolisme et dans de nombreux cas, aident les cellules à libérer plus d’énergie et brûler plus de graisses. Ainsi, les antioxydants peuvent devenir l’une des armes les plus puissantes dans la lutte contre le vieillissement.

Aliments Anti-âge
Oui vous avez bien lu, certains aliments sont tellement riches en anti-oxydants, qu’ils amènent un soutien concret à une stratégie cosmétique anti-âge.
Voici pour vous, les dix ingrédients les plus riches en anti-oxydants à incorporer dans vos plats :Ingrédient anti oxydant

  1. Le gingembre
  2. Le pruneau
  3. Le curcuma
  4. Le basilic
  5. Le cumin
  6. Les clous de girofle
  7. La cannelle
  8. L’origan
  9. Le thym
  10. Le thé vert

 

Voici une vingtaine d’aliments du quotidien faciles à se procurer et également riches en antioxydants :

(Classement non exhaustif comme le précédent)

  • Gingembre
  • Carotte
  • Canneberge
  • Papaye
  • Mangue
  • Persil
  • Thym
  • Tomate
  • Les Baies (surtout sauvage)
  • Grenade
  • Raisin
  • Mûre
  • Pruneau
  • Pêche
  • Groseille
  • Épinard
  • Coriandre
  • Kiwi
  • Ail
  • Beurre bio

Bonus. Les Aliments réparateurs ou protecteurs.

  • Le romarin et le basilic sont anti-inflammatoires
  • Le poivre de Cayenne, la coriandre et la cannelle aident à réguler l’insuline et à brûler les graisses.
  • La citronnelle, la noix de muscade, les feuilles de laurier et le safran ont un effet calmant.
  • Le curcuma lutte contre le cancer et contribue à prévenir la maladie d’Alzheimer,
  • L’origan est antifongique et antibactérien.
  • Le basilic et le thym aident votre peau à devenir plus douce et plus lisse.
  • Le curcuma, l’ail, le basilic, la cannelle, le thym, le safran et le gingembre renforcent le système immunitaire.

Quelques conseils supplémentaires :

Ne pas mélanger des protéines avec des féculents au cours d’un même repas. De même, ne pas mélanger deux protéines ou deux féculents dans le même repas.
Commencer les repas de préférence par des crudités. Bien mâcher les aliments est très important pour favoriser la digestion. Éviter la consommation d’alcools, de charcuteries, de fritures, de chocolats, de sucres raffinés, de pâtisseries industrielles, de vinaigres, et essayer de boire peu de café et de thé, surtout à la fin des repas. Privilégier la consommation de crudités, de fruits frais, de viandes blanches et de poisson maigre, de miel, de fructose, de fruits secs, de citron. Assaisonner de préférence à l’aide d’Huile d’olive (première pression à froid), jus de citron, sel non raffiné, poivre, ail frais et aromates.

Conscience : Comment s’approvisionner en produits frais et sains ?

L’objectif principal est comme toujours, de savoir ce que l’on consomme. Connaître l’origine de ses aliments est vital. On ne met pas n’importe quoi dans sa bouche ou celle de ses enfants, sous prétexte que ce soit vendu au supermarché.

Comment se procurer une alimentation saine ?
Il est clair que pour obtenir les bienfaits de ces denrées, il est impératif qu’elles soient fraîches et naturelles.
Les initiatives sont heureusement nombreuses aujourd’hui.

Internet :

On note de nombreux site internet permettant de se faire livrer directement des producteurs qu’ils soient pêcheurs ou agriculteurs. Mais cela va déjà plus loin avec des sites originaux qui proposent de faire pousser virtuellement vos propres récoltes et vous êtes livrés réellement par l’agriculteur lorsque vos fruits/légumes virtuels (mais que lui à planté pour vous réellement) sont à maturité…

Les Marchés locaux :

Convivial et authentique, le marché et également l’occasion d’une balade et permet surtout de questionner et s’assurer des modes de fabrications, de l’origine et la traçabilité des aliments, d’échanger des recettes, de discuter etc.

Les commerces d’agriculture raisonnée ou d’économie sociale et solidaire :

Ils ouvrent ça et là en France de plus en plus et proposent souvent des produits d’excellentes qualités à des prix très attractifs. Certains offrent même le choix d’aller en boutique ou commander en ligne.

Les fermes pédagogiques :

Là encore, une occasion formidable de découvrir la nature, de faire une balade en famille, de récolter des produits sains tout en étant sûr de leur origine. Idéal pour les familles qui n’ont pas de jardin.

Des façons ludiques de manger sain regorgent. On sent réellement la volonté d’un retour au naturel avec plus de 70 % des Français qui préfèrent acheter des produits locaux.

Note : Faire pousser ses propres fruits/légumes et également plus que conseillé pour être sûr de l’origine du produit… D’ailleurs, tout le monde peut le faire, il n’y a pas forcément besoin d’un jardin ou d’un grand terrain, un coin de balcon bien exposé suffit pour faire pousser quelques indispensables.

Spiritualité : Pour manger sain, il faut « Manger de la Vitalité »

Petit rappel historique. Lorsque l’humain est apparu sur terre, il n’avait à sa disposition que des fruits et légumes. Bien loin encore de lui, l’idée de sortir un steak d’une boite réfrigérée afin de le mettre dans une poêle brûlante pour le manger bien grillé (d’ailleurs il fallait d’abord apprendre à chasser).

Bref vous l’aurez compris avant l’arrivée du feu ou de la chasse c’est-à-dire au tout début, nous ne mangions que du vivant. Ce phénomène est largement aujourd’hui étudié et donne même lieux à un régime du nom de « Paléolithique » et une tendance alimentaire du nom de « crudivorisme ». Rappelons qu’après tout, les animaux eux aussi mangent cru du début à la fin de leur vie et s’en portent très bien.
Lorsqu’on se nourrit de vivant, non seulement le corps utilise moins d’énergie pour tempérer la nourriture (oui le corps fait ça aussi avant la digestion), mais il absorbe surtout la vitalité que contient l’aliment afin de venir nourrir notre propre vitalité en plus de notre estomac.
L’humain a donc besoin de vivant pour augmenter sa propre vitalité… Là encore, le bon sens ne viendra pas contredire.
C’est d’ailleurs avant tout le degré de vitalité qui doit primer dans le choix de l’alimentation, suivi de très près par la richesse nutritive des aliments comme décrite plus haut.
Ainsi, manger une pomme naturelle cueillie à maturité est vitalisant pour notre organisme pendant quelques jours, après cuisson ou quelques jours au frigo, elle sera neutre et si elle a subi des transformations chimiques pour sa couleur ou sa conservation, elle sera négative car non seulement issue d’une longue chaîne de stockage et de transport, mais en prime elle sera chargée d’éléments nocifs pour l’organisme qui les assimilera directement.
Pour faire le plein de santé et vitalité, il faut privilégier tout ce qui est vivant (fruits, légumes) ou n’ayant pas subi de raffinage (sucre blanc, farine blanche). Les variations fortes de température (congélation, cuisson) amoindrissent aussi considérablement la vitalité des aliments. Privilégiez des cuissons non fortes, la cuisson vapeur par exemple.


 

Livre sur le sujet:

 Rependre la lecture de: Prendre soin de soi  Pour aller plus loin : La Vitalité des Aliments   A lire également:  Hygiène de Vie Saine
Prendre soin de soi Vitalité Aliments Hygienede vie

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.